Lettre tardive d’un fils à son père adoré !

Article : Lettre tardive d’un fils à son père adoré !
17 janvier 2014

Lettre tardive d’un fils à son père adoré !

"237
J’ai probablement fait l’un des choix les plus difficiles de ma vie en choisissant d’écrire cette correspondance. Elle traduit tout un fleuve d’émotions qui me traverse et surtout une rage démesurée de ne pouvoir l’écrire que maintenant. Il n’est sans doute jamais trop tard pour bien faire. Mais le temps aussi peut être un handicap parfois, surtout quand il aura déjà mis un fossé, un mur…

Bref, en dépit de tout j’aurais bien aimé que tu saches à quel point je suis à la fois ému et touché de pouvoir jeter ces quelques propos sur une page blanche. J’aurais aimé te témoigner en face tout cet océan d’amour, d’admiration et d’appréciation qui s’est installé dans mon cœur pour toi. Il est devenu de jour en jour plus débordant et les vagues ne cessent d’atteindre l’extérieur.

Un amour que j’ai nourri pour toi depuis toujours. Tu as su m’élever et me garantir une éducation saine dans la mesure de tes moyens. Tu as pris soin de moi. Tu m’as tenu gardé plus qu’un trésor que tu avais caché dans les profondeurs de tes entrailles. Bien enfoui et protégé loin de tout ce que pourrait imaginer l’esprit humain.

M’ayant toujours servi d’exemple de respect, de courage, de foi, d’espérance, de combativité… Tu as su incarner en moi au-delà même de ton imagination des valeurs d’un prix inestimable. Ces valeurs m’ont permis d’avancer, comme tu l’as toujours souhaité pour ton unique fils sur la voie de la réussite. Oh ! Que je te suis admirablement et profondément reconnaissant.

J’aurais souhaité te laisser découvrir toi-même la grande fierté qui m’enorgueillit seulement d’avoir un père comme toi. Toi qui ne m’as point épargné le fouet quand c’était nécessaire. Certes, il n’a pas toujours été ta première option quand j’ai failli à un devoir, comme ne pas saluer un personnage dans la rue. Mais tu en as fait un usage de redressement afin de m’orienter dans la bonne direction.

Mais à présent, mon cœur est déchiré et froissé. Tu es si loin de moi et j’ai tellement de regrets, de frustration qui me rongent l’âme. Qu’est-ce que j’ai pu regretter de n’avoir pas pu te raconter tout cela plus tôt ! Tant de regrets de n’avoir pas compris qu’il fallait te témoigner toute mon affection lorsqu’on était tout le temps ensemble toi et moi ! Je sens comme un fardeau trop lourd à supporter de savoir que tu es si loin de nous.
Tant de peine de t’avoir parfois désobéi ! Quand j’ai cru que mes choix étaient ce qu’il fallait faire et que j’ai omis tes volontés. J’aurais tant souhaité que tu sois là en face de moi pour me corriger et m’orienter ! Tes conseils valaient plus que l’or. Mais il est peut-être trop tard. Tu es déjà si loin !

Malgré la force et la pression du temps qui voudraient m’amener à t’oublier, je reste ferme. Je ne bronche pas. Car comment oublier un homme comme toi ? Pour moi tu représentes plus qu’un père. Non je ne t’oublierai jamais ! Peu importe les circonstances.

Père, cette correspondance j’en suis sûr ne te parviendra jamais, et c’est ce qui me fait le plus de mal. Tu ne pourras jamais en lire la moindre phrase. Mais je ne pouvais pas ne pas l’écrire cette lettre, par devoir. C’était si fort, si difficile à retenir. Et puisque jamais tu ne pourras y lancer un regard, j’aurai des conseils aux éventuels lecteurs qui liront cette lettre.

Ne manquez jamais l’occasion de dire à un être cher à quel point vous l’aimez et l’appréciez. N’ayez point honte si vous avez quelque chose qui traverse votre être intime. Si vous avez l’opportunité de vous réconcilier, d’obtenir le pardon, d’exprimer votre affection à un parent ou un ami. Profitez-en ! Laissez votre cœur parler et dites tout ce que vous avez à exprimer.

Ce faisant, c’est comme un fardeau que vous vous épargnerez.  Le temps est si dur parfois. Quand il vous enlève toute opportunité de revoir vos proches et vous avez des regrets. Moi j’en ai eu quelques-uns, notamment de n’avoir pas suffisamment profité des occasions que j’avais pour dire à mon père toute l’ importance qu’il représentait à mes yeux, dans ma vie. Cela m’a servi de leçon.

***RIP Cher père adoré !

© Billy James RAYMOND

Partagez

Commentaires

Nelson Deshommes
Répondre

Un billet très touchant, en tout cas, la meilleure façon d'immortalisé ton père c'est de toujours mettre en pratique ces enseignants. par ailleurs, moi, je suis sur, que l'energie d'amour qui dégage dans ce billet,fera son chemin vers l'autre vie pour apporter ton message vers ton père. c'est juste une question de foi, rien de rationnelle.

billy
Répondre

Je suis d'accord avec toi mon frere! Merci

josianekouagheu
Répondre

Billy tu sais, ta lettre me rappelle tellement mon papa (paix à son âme)disparu. Franchement, tu l'as si bien écrit. Tes mots me touchent au fond du coeur! Ta lettre n'est pas tardive. C'est vrai que tu aurais pu l'écrire depuis des années. Mais avec le temps, l'enfant murit et comprends que papa avait bien fait certaines choses, de le punir par exemple. Tu pourras alors appliquer ces conseils sur tes enfants! Bonne année 2014!

billy
Répondre

Euh Josiane je suis flate par ta lecture franchement. C'est justement aujourd'hui qui est le 6e anniversaire de sa mort. desole pour le tien aussi tu sais c'est comme ca la vie. Bonne annee a toi aussi je pense qu'on tiendra contact vraiment. Bonne annee aussi!

KABA Madigbè
Répondre

Billy, que l'âme de votre père réponse en paix. Touchant, ton billet!

billy
Répondre

Merci mon frere!

hadson albert
Répondre

Mon ami, ta lettre est pathetique. Tu as su faire preuve de reconnaissance et de grand courage en la redigeant. Tout n'est pas fini mon frere, tu dois combattre le mal que le temps t'as fait en marchant sur ses pas. Paix a son ame !!!

billy
Répondre

Mon pote cela m'a fait plaisir que tu as lu ma lettre avec tant d'admiration, je te remercie pour avoir compris le flux d'emotions qui me traverse. Et pour avoir partager ma peine. Merci encore pote!

Barikiss ABOUDOU
Répondre

Très souvent,mais que dis-je,ce n'est qu'après le départ de quelqu'un qui est quotidiennement à nos côtés, que nous réalisons combien nous tenons à ce dernier et que désormais son absence crée un vide et une peine effroyables que personne ne saurait fidèlement remplir.

billy
Répondre

Je suis d'accord avec toi cela arrive fort souvent. L'essentiel c'est de pouvoir profiter au max de la vie avec ceux et celles qu'on aime.

Franck LEHU
Répondre

Whaou. Cette lettre est merveilleuse, c'est mon vécu. Je m'y retrouve. J'en ai pleuré tellement elle est réaliste. Mon père je le revois dans cette merveilleuse description, je me revois aussi. Le 19 janvier prochain cela fera déjà 3 ans et j'ai pas pus lui dire réellement tous ça, j'en pleurs à nouveau rien qu'en écrivant ces lignes. Ta lettre est émouvante, poignante, réaliste. BRAVO.

Jean-Jacques
Répondre

Billy,
Je me nomme jean-jacques, originaire de la République démocratique du Congo.
Félicitations et beaucoup de courages!
C'est à peine que je viens de prendre connaissance de ta lettre qui exprime nettement le fond de mes pensées vis à vis de mon père décédé. cela me touche énormément.
Je n'ai pas la belle plume comme toi afin d'honorer à mon tour celui qui m'était cher. ce que tu as fait me suffit. Merci.
veux tu me permettre de le reprendre (la lettre tardive) dans mon mémoire si jamais je parvenais à le réaliser ?
Bien à toi!

billy
Répondre

sans probleme bro tu peux le reprendre. Mes condoleances

Jean-Jacques TEBA PITA
Répondre

Un grand merci Brother! je l'adapte tout en restant fidèle à l'original car il n'y a pas mieux que cela. A chaque fois que je le réélu, les larmes coulent... car les mots ont été bien choisi. Le fouet? c'était vraiment un usage de redressement.
Encore merci Brother!.
Jean-Jacques