Le phénomène des «restavèk» en Haïti!

Article : Le phénomène des «restavèk» en Haïti!
3 décembre 2013

Le phénomène des «restavèk» en Haïti!

blog.alicesmeets.com
(Par Alice smeets)
blog.alicesmeets.com
(Par Alice smeets)

Décidément dans cette société haïtienne tout est prioritaire. De tous les points de vue il y a des problèmes à résoudre et le problème des «restavèk » n’en est pas des moindres. Une société où l’on rencontre des gens, des familles (base de la société) qui maltraitent des enfants censés être l’avenir de ce pays, quelle aberration ! Ou encore quelle consternation ! En tout cas ces petits esclaves ont besoin de la liberté…


En Haïti, le phénomène «restavèk » est le fait pour des enfants (âgés généralement entre 6 à 10 ans ou plus) issus de milieux ruraux défavorisés, de laisser leur famille biologique pour venir s’installer dans des «milieux urbains» et des bidonvilles. Ils viennent habiter chez des proches ou des amis de leur famille ou encore chez des personnes sous référence d’un membre de leur famille. Ils sont confiés à ces derniers à partir d’un contrat passé oralement. Les plus grandes clauses de ce contrat sont que ces familles d’accueil acceptent de mettre ces mômes à l’école et de leur procurer une meilleure vie en échange certainement de petits services.
Ce qui est problématique.

Ce phénomène est profondément ancré dans la société haïtienne. Autrefois c’était les familles riches qui accueillaient ces enfants. Mais maintenant ce sont des familles pauvres, vivant dans des conditions infra humaines qui les accueillent pour pouvoir s’occuper de la maison. Le phénomène s’est empiré après le séisme du 12 janvier 2010. Environ un enfant sur dix est concerné.

Une fois débarqués dans ces foyers d’accueil, ils entrent tout droit en enfer. Ils connaissent les pires moments qu’un enfant ne devrait jamais connaitre. Ils sont debout autour de 4 heures du matin, ont pour la journée des tonnes d’activités sur le dos et vont se coucher sur une «natte» tard dans la soirée. Entre autres, ils font le ménage, conduisent les enfants des maitres a l’école, partent chercher de l’eau, du charbon pour la cuisson, font la lessive, le repas etc. ils sont mal nourris, battus, humiliés, maltraités et pis, ne vont point à l’école. Même si l’on peut rencontrer une petite poignée qui fréquente l’école du soir pour restavèk, mais il faudrait voir. Quelle école ? Une vraie absurdité…

Les fillettes sont certaines fois violées par le père du foyer mais aussi par les garçons de la famille et si par malheur elles tombent enceinte elles sont expulsées. Est-ce autre chose que de l’esclavage moderne ? Est-ce humain ou infernal ? Vous pouvez certainement en juger. Je crois fermement que ce n’est autre chose que du pur esclavage. Un esclavage déguisé contre des enfants sans soutien et ce ne jouissant d’aucun droit. Ils sont là à longueur de journée supportant leurs souffrances et leurs douleurs au plus profond de leur cœur.

A écouter leur témoignage il faudrait avoir un cœur de pierre pour ne pas compatir. Certaines fois pour sortir de l’enfer de cette domesticité infantile ils gagnent les rues. Pour bien comprendre, l’esclavage ne se présente plus sous sa forme ancienne mais les pratiques du genre démontrent son ravage dans une société haïtienne post esclavagiste. Les enfants sont les victimes. Avoir la chance de voir le jour loin de cette situation est considéré par plus d’un comme un cadeau divin. Mais pouvons-nous rester là à nous complaire dans notre situation privilégiée et négliger ces pauvres gamins ?

Nous ne pouvons et ne devons pas. Il faut agir. Chaque famille haïtienne à mon avis est concernée. En plus des efforts de l’Etat et des autorités locales, il faut que la société civile et les défenseurs des droits humains interviennent pour libérer ces mômes des chaines infernales de cet esclavage moderne qui les enchainent et qui enchainent la société haïtienne depuis trop longtemps.

259*194-spravy.pravda.sk
(Par kindsein.com)
259*194-spravy.pravda.sk
(Par kindsein.com)

©Billy James RAYMOND

Partagez

Commentaires

Osman
Répondre

Le sort des enfants dans le monde est triste. Et, comme tu le dis dans le texte, Haiti n'est exempt de ce fléau. C'est dommage qu'il en soit ainsi pour ces petits qui n'ont pas choisi de venir au monde, ou de choisir dans quelle famille naître. La situation est alarmante, l'urgence doit être faite, car l'avenir d'un pays ne peut pas se trouver dans des conditions pareilles. Merci d'avoir soulevé ce point.

billy
Répondre

merci Osman pour ton soutien. Je crois que tout un chacun doit apporter sa participation.

Andriamialy
Répondre

Nous avions et avons toujours, je penses, le même problème à Madagascar même si les autorités et surtout les ONG luttent activement contre le phénomène.

billy
Répondre

Il faut que nous agissions tous contre ce fleau. Les enfants sont l'avenir de notre monde. Merci d'avoir visiter. je te promets une petite visite aussi!