credit photo: www.creafamille.be

Crédit photo: www.creafamille.be

« Jasmin est mon prénom. Je suis Haïtien. Depuis ma naissance, je n’ai jamais connu mon père. Il a abandonné ma mère quand elle était enceinte. Lui qui a gagné sa confiance avec tant de paroles de tendresse. Elle a été dupée, délaissée avec mes trois sœurs et moi… Depuis c’est elle qui fait tout pour nous élever. Que c’est terrible ! »

« Je m’appelle Murielle. J’ai 14 ans. J’ai connu des moments noirs dans ma vie. Mon papa a laissé la maison pour aller vivre ailleurs avec une maîtresse. Depuis on vit très mal. Maman n’a presque plus de force pour travailler si dur. Car il faut qu’elle nous nourrisse, et fasse tout pour nous. Si mon père était près de nous, la vie ne serait-elle pas meilleure… »

Des pères abandonnant leurs enfants

Ces deux témoignages cités plus haut pourraient être ceux de bon nombre d’enfants dans la société haïtienne. Des enfants qui sont élevés par une maman. Ces dernières lorsqu’elles vous racontent leur périple cela vous émeut tout bonnement. Beaucoup d’entre elles sont tombées enceintes dans des conditions non souhaitées. Il arrive aussi qu’elles aient été dupées par des hommes malhonnêtes. Ces derniers ont gagné leur confiance, mais n’ont pas tenu leurs promesses.

Ce phénomène prend également corps au sein de la jeunesse du pays. Notamment dans les quartiers les plus défavorisés. Un grand nombre de jeunes s’aiment sans se protéger. Par ailleurs, la précarité pousse les jeunes filles à aller à la recherche du pain quotidien en nouant des rapports avec des hommes qu’elles ne connaissent pas. Des rapports leur permettant d’avoir quelques gourdes en échange. Bon nombre d’entre elles finissent avec une grossesse non désirée. Ce qui va augmenter les responsabilités des familles déjà en situation misérable.

Les enjeux sont donc nombreux. Certaines fois les filles ne peuvent ou ne veulent pas dévoiler le nom du père. D’autres fois même si le père donne son nom à l’enfant, il refuse d’assumer sa prise en charge. Et c’est la vie dure qui commence bien avant la naissance de ces mômes.

La jeune fille (devenue maman) subit souvent des mauvais traitements de ses proches.

Des enfants malheureux…

Beaucoup de ces enfants sont mal nourris, pas éduqués et ont peu de chance d’atteindre un niveau scolaire avancé. Ils sont parfois injuriés, mal vus des gens de leur entourage. Certaines fois on leur dit : « fè manman w moutre w papa w non ! Ou pa menm gen papa vakabon !» (Dis à ta maman de te monter ton père ! tu ne connais même pas ton papa, voyou !) Quelle peine pour ses enfants.

Tout comme les autres enfants, ils auraient aimé être en famille,  recevoir de l’amour et de l’affection, jouer avec eux, etc. Beaucoup d’entre eux finissent comme des voyous. D’autres malheureusement vont reproduire les mêmes actions et ainsi la situation perdure et la misère s’accroît.

Et si les pères prenaient leur responsabilité ? Certainement, cela serait différent à la fois pour les enfants et pour la société. Ces milliers d’enfants abandonnés ont chacun besoin d’un père et souffrent malheureusement de cette absence. C’est donc à leurs proches, la société, les institutions d’y penser. A nous d’aider nos sociétés en ce sens.

© Billy 

 

 

The following two tabs change content below.
billy
Fils de la terre d'Haiti, je vise l'excellence et je crois dans le travail assidu et constant. J'ai une formation en sciences economiques et en sociologie. Je veux travailler pour apporter ma contribution dans le progres du monde. Merci de toujours visiter ma site.

2 thoughts on “Où es-tu papa ?

  1. l’article est pleins d’émotions : rancune , espérance ,tristesse.

    heureusement que les femmessont fortes ,car le contraire aurai tuer l’homme.

    imaginez ,une femme qui abandonne son mari et ses enfants pour un amants?

    je suis sure d’une chose ,jamais une femme n’abandonnera ses enfants ,meme si elle part vivre avec son amant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *